Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

"Indus" : Malades et mères recalculé(e)s, occupation du Pôle emploi Vicq d’Azir (Paris 10e)

Lundi 12 à 10h30, rdv cité Griset (M° Oberkampf) pour rencontrer les responsables règionaux de Pôle emploi.


Une occupation du Pôle emploi de la rue Vicq d’Azir (Paris 10e) est en cours depuis 11h ce vendredi 9 octobre au matin.

Comme ce fut le cas à Montreuil, la semaine dernière, nous voulons obtenir des résultats. En effet :

Depuis des mois Pôle emploi prélève des indus à au moins 500 intermittent(e)s du spectacle qui voient leur revenu amputé, parfois sans avertissement, le plus souvent sans motivation sérieuse et sans que soit respecté la "quotité insaisissable" que cette institution est supposée leur laisser. Le fait de voir supprimé ou brutalement baissé des indemnités chômage qui avaient fait l’objet dune notification d’ouverture de droit entraîne de graves difficultés : agios et interdits bancaires, impayés de loyers, impossibilité de payer les frais de garde d’enfant et divers problèmes quotidiens

Ces intermittents du spectacle ont eu le tort d’être en congé maternité ou maladie. Pôle emploi a revu à la baisse leur allocation chômage sans se soucier des formes légales ni des conséquences pratiques de cette diminution de revenu. Depuis des semaines déjà, ces recalculé(e)s se mobilisent pour faire respecter leurs droits, voir :

Recalculé(e)s : Occupation du Pôle Emploi rue de Malte à Paris, nous exigeons l’annulation des "indus". Vous y trouverez l’"Instruction PE n°2009-223 du 23 juillet 2009 (BOPE n°2009-62), Traitement des trop-perçus pour un groupe particulier d’intermittents du spectacle générés par suite d’une erreur de traitement informatique" et une lettre du médiateur national de Pôle emploi (au sujet duquel vous pouvez consulter le compte rendu Une rencontre avec le médiateur national de Pôle Emploi)

Venez nous rejoindre sur place, près du M° Colonel Fabien, prevenez vos amis, collègues pour qu’ils viennent aussi

Pour tous, nous avons besoin d’imposer un rapport de forces contre Policemploi

Pôle emploi répond à celles et ceux des recalculé(e)s qui se mobilisent par des promesses, tantôt d’annulation totale des dettes, tantôt d’annulation partielle, sans que pour autant ces engagements soient suivis d’effets. Le médiateur national de Pôle emploi déclare que toutes les personnes concernées vont être contactées afin de revoir la procédure mais nous savons déjà que même celles qui se sont manifestées à plusieurs reprises ( recours amiables, rdv, courriers, occupations) n’ont pas vu régler leur situation et sommes donc fondés à penser que les autres personnes touchées par ce recalcul n’ont actuellement aucune chance d’obtenir quoi que ce soit de Pôle emploi sans mobilisation.

Les organismes payeurs (Unedic, Caf, sécurité sociale) procèdent à la "répétition de l’indu" de manière parfaitement arbitraire, de leur propre chef, alors que dans tout autre cas, la répétition de l’indu doit faire l’objet d’une procédure qui établit la réalité de l’indu. Ce privilège exorbitant entraîne de graves difficultés pour des centaines de milliers d’allocataires, nous sommes décidé(e)s à ne pas nous laisser faire.

Alors que le bureau de l’Unedic se réunira le 14 octobre prochain et doit statuer sur ces pratiques inacceptables, nous sommes ici aujourd’hui pour exiger l’annulation pure et simple de l’ensemble de ces indus pour l’ensemble des concerné(e)s.

Nous attendons sur place les responsable de Pôle emploi Ile de France.


Cette fois, ni le directeur de cabinet de Pôle emploi idf, ni le médiateur national du Pôle n’ont accepté de venir sur place. Devant la menace d’une évacuation policière, les occupant(e)s ont décidé de quitter les lieux.

Blabla : Comme il se doit, une telle visite permet de récolter son lot de propos convenus destinés à désamorcer les conflits, le typique : "vous avez raison, je suis d’accord, mais on ne peut rien faire") et quelques jugements moraux pas piqués des hannetons : "Oh, vous êtes venus avec les enfants ce n’est pas bien", dixit le médiateur national, comme si les enfants n’avaient pas été impliqués, bien malgré eux, depuis des mois dans la situation faite à leurs parents.

Murs, la mise à distance : Une des recalculées avait par l’intermédiaire du 39 49 obtenu un rdv et s’est entendu dire un tel rdv ne pouvait avoir lieu, comme si ce n’était pas le seul moyen d’en obtenir un dans des Pôle où l’on vous désigne la borne téléphonique à toute demande de rdv... Le Pôle étant censé fermer à 12h15, la direction a un moment donné consigne de baisser le rideau de fer... avec les occupants à l’intérieur.

Omerta sur les droits : Une fois de plus il a fallu que les personnes mobilisées informent à la place du Pôle de l’existence de la prime de 500 euros à destination de certains précaires des bénéficiaires potentiels.

Les occupant(e)s invitent celles et ceux qui veulent contribuer au rapport de forces à les rejoindre lundi 12 octobre à 10h30 au Pôle emploi de la cité griset (M° Oberkampf) où des responsables régionaux du Pôle doivent recevoir une "délégation". Les actions à mener en vue de peser sur le bureau de l’Unedic du 14 octobre y seront envisagées.


Un reportage au Pôle Emploi Vicq d’Azir lors de cette action : Pôle Emploi, une machine grippée

-  Avis ! Les recalculés des congés maternité et maladie s’organisent


Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 18h. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap@cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 17h30. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite@cip-idf.org

À la coordination des intermittents et précaires, 14 quai de charente, Paris 19e, M° Corentin Cariou, ligne 7, Tel 01 40 34 59 74



 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Publié par

Présentation

  • : Le Collectif Les Matermittentes (LCLM)
  • Le Collectif Les Matermittentes (LCLM)
  • : Le collectif regroupe des femmes à emploi discontinu qui luttent pour faire valoir leurs droits en matière de congés maternité et d'arrêts maladie. Nous luttons pour une juste application des lois et règlements par la Sécurité Sociale et Pôle emploi afin que la maternité et la maladie ne soient pas synonymes d'une rupture de protection sociale.
  • Contact