Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 11:36

     Après s'être trompées 2 fois de bâtiment, de cour, après avoir réussi à franchir les portes qui font bip à cause de mes santiags, plan à la main, nous avons enfin pénétré dans la bien nommée salle des Criées! La conférence avait déjà commencé...

     Au bout de 15 min environ, pendant le discours soporifique et assez abscons de M. Dommergue, quelques personnes présentes de la CIP ont pris la parole dans les termes que rapporte le journaliste de Libé. Nous, les recalculés, étions censées interpeller le directeur juridique de l'Unedic dans la foulée. Mais j'ai préféré différer car le président de l 'AFDT était rouge de colère, n'écoutait rien et surtout car les auditeurs s'indignaient du procédé "sauvage" et expliquaient qu'un temps de discussion avait lieu en fin de séance. Selon moi, les interventions des cipiens, qui ont continué de ponctuer le discours de Dommergue vantant la fusion, le placement de chômeurs par des sous-traitant privés, les budgets alloués à PE pour le fonctionnement..., ont permis d'indiquer à la salle que la séance ne serait pas ordinaire, que le temps passé à écouter beaucoup d'inepties était du temps de parole en moins pour échanger dans une discussion à double sens et ils ont ainsi préparé le terrain à notre prise de parole. Le président de séance a demandé à Dommergue d'abréger un peu... 

     Ensuite une maître de conférence en droit, a exposé clairement le non-choix des signataires d'un PARE et de l'offre raisonnable d'emploi, le vide juridique concernant les recours de ces personnes. Malheureusement je n'ai pas eu la présence d'esprit de prendre ses coordonnées, manque d'habitude!

     Lorsque le temps des questions est arrivé, ayant été annoncées de nombreuses fois par les cipiens, la salle attendait tout naturellement notre intervention. J'ai donc pris la parole en questionnant M. Dommergue sur la légalité des pratiques de PE concernant la répétition de l'indu: "Nous représentons des centaines d'intermittents qui ne peuvent pas tous entrer dans cette salle. Ces intermittents, appelés recalculés des congés maternités et maladie ont vu en avril 2009 subitement et sans explication le montant de leur allocation amputé voire réduit à zéro durant plusieurs mois. Comment l'expliquez-vous? "  Ensuite j'ai déroulé le fil, en m'appuyant sur le tract (qui avait été distribué par les cipiens en début de séance) et en faisant ressortir le caractère illégal des procédés et la fragilité des situations des recalculés. Pas de notifications, saisies sur alloc, non respect de la quotité insaisissable, impossibilité d'avoir des explications, indus demandés alors que fin de droits... Dommergue a répondu que ce n'était pas censé se passer comme ça...Puis j'ai demandé à l'autre intervenante (la demoiselle universitaire) "Vous venez de nous expliquer qu'aucun organe régulateur, de contrôle, n'existait pour vérifier la légalité des actes de l'Unédic et de PE, dans notre cas le seul recours est donc d'aller au TGI (et non au tribunal administratif) en croisant les doigts?"  

Elle a dit oui.

     A la fin de la séance, toute la salle était d'accord avec nous, plusieurs personnes sont venues nous manifester leur soutien, nous demander si nous avions un avocat (notre avocate était d'ailleurs présente et a pris la parole une fois pour rectifier une notion de droit). On nous a encouragé à aller au TGI chercher une jurisprudence et aussi à continuer des actions comme celle-ci, interpeller le gouvernement.

Une recalculée a demandé à Dommergue de faire quelque chose. Celui-ci s'est dégagé de toute responsabilité car cette affaire relève de la responsabilité de PE et c'est PE qui gère le budget chômage...Elle lui a rétorqué que les remises obtenues (650E et 50%) étaient des décisions politiques de l'Unédic! Il a dit oui mais je ne peux rien faire de plus. Nous lui avons donc dit de faire remonter l'info au bureau de l'Unédic que nous irions au TGI.

Voilà, mon sentiment c'est que je suis, ainsi que les autres recalculés, encore plus motivée pour le TGI! De plus, il faut continuer la lutte par les actions, la médiatisation car c'est tout autant important.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par matermittentes.over-blog.com - dans Actions et comptes-rendus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Collectif Les Matermittentes (LCLM) matermittentes@gmail.com
  • Le Collectif Les Matermittentes (LCLM) matermittentes@gmail.com
  • : Le collectif regroupe des femmes à emploi discontinu qui luttent pour faire valoir leurs droits en matière de congés maternité et d'arrêts maladie. Nous luttons pour une juste application des lois et règlements par la Sécurité Sociale et Pôle emploi afin que la maternité et la maladie ne soient pas synonymes d'une rupture de protection sociale.
  • Contact